FR Login
FR

Comment vaincre la jalousie dans son couple

Il paraîtrait qu’il existe un proverbe polonais disant “l’amour sans jalousie est comme un Polonais sans moustache.” On ne se prononcera pas en matière de Polonais moustachu, mais par contre on a mené notre enquête sur cette drôle de preuve d’amour. Doit-on vraiment la considérer comme normale, et surtout quand et comment doit-on y mettre des limites ? C’est la délicate question que nous nous sommes posée, et à laquelle le Dr Bernard Geberowicz, psychiatre, psychanalyste et thérapeute familial auteur du livre J’arrête d’être jaloux(se) ! (Eyrolles), Carmen Musat, psychothérapeute docteur en psychologie, et Michèle Balmès, psychanalyste et thérapeute familiale, nous ont aidé à répondre.

Qu’est-ce que la jalousie exactement ?

Photo : Ils et Elles photographie

Difficile de décrire ce sentiment à la fois si douloureux et si complexe, décrit par la psychothérapeute docteur en psychologie Carmen Musat comme un “mélange de sentiments (peur, colère), qui cause beaucoup de souffrances et de stress, avec un potentiel de destruction élevé”. “La jalousie est une réaction à la perception d’une menace – réelle ou imaginaire – vis-à-vis d’une relation ou de sa qualité.”

En revanche, Michèle Balmès, psychothérapeute, décrit la jalousie malsaine (ou maladive) comme “une intense émotion empreinte de colère et de violence consécutive à la peur de perdre l’exclusivité de l’amour de l’être aimé au profit d’une autre personne, peur généralement non fondée, mais imaginée et exagérée par tous les petits indices pouvant l’alimenter : retards, regards, soupirs, petites attentions, cadeaux à d’autres… ” Elle poursuit : “le jaloux ou la jalouse déteste voir ou imaginer son partenaires s’intéresser à d’autres personnes. Au moindre doute, le partenaire subit une explosion émotionnelle excessive que toute tentative de négation ou de justification ne fait qu’envenimer.” Voilà pour le tableau.

Est-ce normal d’être jaloux(se) ?

Photo : Celine Chan Photographie

Les professionnels psychanalystes et psychologues crieront au blasphème, mais il fallait bien qu’on pose la question. A défaut d’être une attitude que l’on puisse qualifier de “normale” – terme impropre en psychanalyse – “on peut parler d’un comportement «habituel», à condition d’être modéré”, explique le Dr Bernard Geberowicz. On comprend que “toute la difficulté réside dans la définition et dans l’intensité”.

Effectivement, il est “naturel de ressentir des tensions et des émotions, surtout au début de la relation; c’est naturel car cela fait partie d’une palette d’émotions et de sentiments qui existent dans une relation, et qui relèvent de l’anxiété de la perte, ou de la peur de l’abandon.” Là où cela pose problème, c’est lorsque “la jalousie devient excessive, quand elle envahit le champ de la relation, et s’accompagne d’une colère.” La jalousie, une preuve d’amour ? Certes, cela peut être troublant de ne manifester aucune tension ou jalousie dans certains cas de figure, mais, d’après le Dr Bernard Geberowicz “ce n’est pas une preuve d’amour intéressante, il en existe beaucoup d’autres…”

Quand doit-on tirer la sonnette d’alarme ? 

Photo : Alex Tome Photographie

Le Dr Bernard Geberowicz retient trois signes qui doivent vous mettre la puce à l’oreille. “On peut parler de jalousie excessive quand les trois cas suivants sont constatés : la surveillance étroite (avec une demande permanente de justification, une intrusion dans la vie intime du partenaire, etc.), la dévalorisation dans la discussion (complétée par des insinuations, des fausses discussions ou l’on prêche le faux pour savoir le vrai, des disputes violentes, etc) ) et enfin – et surtout !- le manque de confiance dans la relation (qui se manifeste à travers des ruminations permanentes, des situations fantasmées, des justifications qui confortent la personne jalouse dans ses pensées négatives…).

“La jalousie s’étend sur toute la sphère qui environne le ou la partenaire” explique Michèle Balmès “des amis de même sexe ou du sexe opposé, de l’environnement professionnel, d’un inconnu dans la rue ou ailleurs, de toute activité sociale et même parfois de ses propres enfants. Quelles que soient les stratégies employées, cela aboutit à l’enfermement du conjoint suspect, réduit son champ de liberté, d’une liberté suspectée de devenir l’occasion de « x » tentations.”

D’où naît cette jalousie maladive ? Est-ce une question de « caractère » ?

Photo : Yann Richard

“La jalousie peut exister dès le début, sur les trois critère énoncés précédemment ou bien elle peut se mettre en place petit à petit, mais dans tous les cas, elle relève d’une personnalité sous-jacente” explique le Dr Bernard Geberowicz. La première étape pour un jaloux maladif serait peut-être alors “d’examiner les raisons profondes de la jalousie, qui souvent remontent à des conflits non résolus depuis l’enfance” souligne Carmen Musat. “On ressent ces conflits comme des vulnérabilités, insécurités, peur, manque de confiance.(…). Au fur et à mesure qu’on reconnaît l’essence de la jalousie, on découvre des attentes non fondées, les projections, l’envie, la perte de l’estime de soi, le manque de confiance en soi et d’autrui, la peur et l’insécurité des enfants. Ce ne sont pas des découvertes agréables. En fait, ça peut être si déplaisant que certaines personnes tenteront de les éviter. Pour résoudre un problème de jalousie, la manière la plus efficace est un examen ouvert et honnête des enjeux.”

Dans tous les cas, “la jalousie est un ingrédient de bascule” explique le Dr Bernard Geberowicz. “Elle détériore beaucoup de relations, c’est pourquoi il est important de faire comprendre rapidement à l’autre que sa jalousie est de nature maladive et excessive, car après, il est très difficile de remonter la pente.”

Comment y remédier ? 

Photo : Ludo and Pictures

Nous y voilà. LA question qui brûle les lèvres. Dans son livre J’arrête d’être jaloux(se), le Dr Bernard Geberowicz propose une méthode censée “aider individuellement ou à deux à prendre les dimensions de la jalousie : la première étape doit d’abord permettre de reconnaître sa jalousie; la seconde étape est celle de l’acceptation, de la compréhension de la dynamique pernicieuse; la troisième étape est celle de l’action, du changement et du rééquilibrage.” En effet, “la relation qui s’est construite est asymétrique. L’un des deux a besoin d’avoir le contrôle sur l’autre, qui devient une sorte d’objet. Il n’y a plus de place au doute ni à l’échange. Cette étape doit enclencher le recentrage sur chacun, et l’intérêt à prendre soin de l’autre et de la relation… Elle passe nécessairement par le contrôle des émotions, notamment de la colère.”

Ce travail “ne se fait pas nécessairement à deux, mais la personne jalouse ne le reconnaît pas toujours. Pour elle, c’est l’autre qui entraîne, qui pousse à être jaloux, qui provoque… Mieux vaut donc entamer ce travail à deux.”

Parlons peu, parlons remèdes. “Les remèdes sont notamment des techniques de contrôle des émotions basées sur des exercices de respiration et de relaxation, ainsi que des exercices classiques de mise à distance qui permettent de se rendre compte de sa propre violence. Par exemple, au moment d’écrire un SMS ou un message agressif, attendre deux minutes, et se l’envoyer à soi-même permet de prendre conscience de son impulsivité et de l’explosion de la colère. Ces exercices de mise à distance constituent un moyen de contourner sa violence. A terme, ces petits remèdes permettent d’assagir sa colère, d’être moins jaloux et de se refaire confiance. En parallèle, la thérapie de couple aidera à retrouver la confiance et croire à nouveau en l’idée que la relation puisse durer.”

Bonne nouvelle ! Etre jaloux n’est donc pas une fatalité…  Avec tous nos conseils pour vous mettre le pied à l’étrier vous aurez toutes les clefs en main pour vaincre ce vilain défaut. Vous ne parvenez pas à vous engager ? Découvrez comment lutter contre la peur de l’engagement.

Contactez les entreprises mentionnées dans l'article.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Donnez votre avis !

Créez gratuitement et facilement un site super chic pour votre mariage !

100% personnalisable, faites votre choix parmi des centaines de designs Voir plus de designs >

Vous travaillez dans le monde du mariage ?
Si vous êtes un professionnel du mariage, Zankyou vous offre l'opportunité de faire connaître vos services à des milliers de futurs mariés qui utilisent nos services pour organiser leur mariage, dans plus de 19 pays. En savoir plus