FR Login
FR

« Et toi, quand est-ce que tu te maries ? » : comment répondre à cette question exaspérante

Vos 30 ans ne sont pas arrivés et vous avez déjà droit à la perpétuelle question qui vous fatigue : « Et toi, quand est-ce que tu te maries? ». Comment répondre aux indiscrets qui se permettent de faire une telle demande ? Nous avons interrogé des jeunes femmes, célibataires ou en couple pour leur demander leur avis. Patricia Goudelin, coach en développement personnel et professionnel nous livre elle aussi ses conseils. Prenez note !

Difficile de répondre aux indiscrets qui demandent quand vous allez vous marier. Photo : Instantánea & Tomaprimera.

Eh voilà, vous avez soufflé vos bougies et alors que vous levez votre nez du gâteau à la crème que votre mère a concocté, votre oncle Bernard s’approche de vous, pose une main bien lourde sur votre épaule et vous lance avec un sourire jusqu’aux oreilles : « Alors ? Quand est-ce que tu te maries maintenant ? ». Si vous avez réussi à esquiver sa question en enfournant un énorme morceau de gâteau, vous ne pourrez pas toujours avoir de la chance. Piquez des idées aux jeunes femmes que nous avons interrogées et à Patricia Goudelin, coach personnelle dans le cabinet Cartes en main.

L’AVIS DES FILLES

Murielle, 27 ans : « Je n’ai que 27 ans, des projets plein la tête et pour l’instant, une histoire avec un homme serait sûrement un frein, sauf si le Monsieur en question partage les mêmes rêves et ambitions que moi. Il faudrait pour ça qu’il soit dans le médical ou paramédical et qu’il aime voyager. Pour le rêve de mariage il est bien là dans un coin de ma tête mais je ne suis pas pressée et je ne rigole pas avec ces choses là. J’attendrai le bon, le vrai avant de m’engager! »

Julie, 26 ans : « Moi je n’ai pas encore droit à la question sur le mariage mais sur l’emménagement à deux, oui! Ma famille me soule assez à ce propos … Alors aux plus proches je réponds « quand on sera prêts » et je leur explique que ce n’est pas qu’on ne s’aime pas assez, juste qu’on a encore besoin d’accorder nos violons sur certains trucs pour que ça passe au quotidien. Je leur dis aussi qu’on a besoin de régler chacun de notre côté des trucs pro, qu’on préfère bâtir notre couple à notre rythme mais solidement plutôt que de se presser et de stresser. Que si nous sommes faits pour vivre ensemble alors ça se fera. On a tout le temps. Pourquoi se presser? Là, me proches comprennent généralement. Et avec les autres, les moins proches, je ne m’embête pas. Je réponds juste « quand on sera prêts » et sn haussant les sourcils et si cela ne leur convient pas, qu’ils aillent se faire cuire un oeuf ! Pour le mariage, si mes parents insistent, je leur dirai que c’est leur faute : ils n’avaient qu’à pas divorcer et se faire la guerre car quand viendra la cérémonie, ça sera un casse tête organisationnel. Na! »

Photo : Julian Beattie

Alexandra, 32 ans : « Moi je leur réponds : c’est prévu pour l’été 2017 ! Même si c’est complètement faux, ça ferme quelques clapets indiscrets ».

Anna, 29 ans : « Quand on me pose cette question, je réponds du tac au tac « Ce n’est pas demain la veille! ». Je suis à un moment de ma vie où je me dis qu’il faudrait déjà que je passe la nuit avec le même mec plus d’une fois. De toute manière, me marier n’est pas ma priorité et ça ne regarde que moi ! « 

Marion, 27 ans : « Je leur réponds : Tu me le paies ? Un mariage, cela coûte cher alors mieux vaut faire tout ce que l’on veut avant, pour ne pas se priver. Je leur dis aussi à ces gentils indiscrets, que l’amour, ça ne se commande pas. Si je rencontre l’homme de ma vie demain, lui passer la corde au cou ne sera pas ma priorité. Voyager, se découvrir et surtout profiter de la vie, ça, c’est ce que j’attends de la vie. « 

Sarah, 31 ans : « Une fois, un oncle m’a effectivement posé cette question et je lui ai répondu : Avant, il faudra que je trouve le mec ! Pour moi, c’est avant tout un pas immense alors mon credo, c’est « Quand on sera prêts ». Il ne faut pas céder à la pression sociale permanente du « Quand est-ce que tu nous présentes quelqu’un » ? « Alors tu n’as toujours pas trouvé quelqu’un « ? L’impatience de l’entourage, il n’y a rien de pire. Chacun fonctionne à son rythme, point final. »

Photo : Sylvain le Lepvrier

L’AVIS DE L’EXPERTE : 

Patricia Goudelin, coach en développement personnel & professionnel au sein du cabinet Cartes en main. 

Pour moi, ce n’est pas uniqument cette fameuse question « Et toi, tu te maries quand?! » qui est le coeur du problème. Notre environnement, notre culture, notre éducation nous renvoient à des comportements à adopter. Ces comportements doivent s’inscrire dans « la norme ». Alors, qu’est-ce que la norme si ce n’est quelque chose d’extrêmement subjectif qui concerne un grand nombre d’individus. Dès lors que plusieurs personnes agissent comme ci ou comme ça, cela devient « la norme » !

Dès qu’une personne ne met pas ou peu en œuvre les comportements attendus, elle devient donc « bizarre » aux yeux des autres et voilà le début d’une ère de questions. « Tu te maries quand ? », « Tu comptes avoir un enfant quand ? », « Quand est-ce que tu te décides à faire ce que tu veux vraiment ? » etc.  La trentaine pour une femme est un âge où beaucoup de choses se bousculent. L’envie de se réaliser et de réussir sa vie dans tous les domaines de vie.

L’attitude à adopter est d’accepter ce qui est : la réalité des uns et des autres. Ce qui est valable pour l’un n’est pas forcément valable pour l’autre. Chaque personne construit et vit sa vie de façon unique et il n’existe aucune règle par rapport à cela. Il me semble qu’il est fondamental de savoir s’écouter, savoir s’observer, se connaître, s’affirmer.

Lorsque les personnes se sentent différentes des autres, elles peuvent devenir « agressives » ou se « renfermer » . Une attitude saine consiste à reconnaître la personne que l’on est et à s’affirmer par rapport à cela. Nous sommes les experts de nous-mêmes et sommes les seuls habilités à parler de notre expertise. Alors si une femme de 30 ans qui n’est pas « encore » mariée et « n’a pas encore d’enfant », elle-même sait au fond d’elle ce qui explique cela.

Maintenir un climat bienveillant avec elle sera la meilleure façon de comprendre ce qu’elle vit et pourquoi elle le vit. Le respect de la différence, l’empathie, la bienveillance : voilà des qualités que les individus peuvent travailler. De soi à soi dans un premier temps et de soi aux autres dans un second temps.

Et toi, quand est-ce que tu te maries ? Photo : Instantanea & Tomaprimera
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Donnez votre avis !

Créez gratuitement et facilement un site super chic pour votre mariage !

100% personnalisable, faites votre choix parmi des centaines de designs Voir plus de designs >

Vous travaillez dans le monde du mariage ?
Si vous êtes un professionnel du mariage, Zankyou vous offre l'opportunité de faire connaître vos services à des milliers de futurs mariés qui utilisent nos services pour organiser leur mariage, dans plus de 19 pays. En savoir plus