FR Login
FR

Le wedding-blues, c’est grave Docteur ?

Le mariage est peut-être le plus beau jour de votre vie, mais que penser de l’après? Alors que la fête est terminée et que vous devriez enfin souffler, certaines mariées sont atteintes d’un wedding-blues. Les réponses de notre experte, la psychologue Bérengère Cassany.

La déprime post-mariage n’est pas à prendre à la légère. Crédit : Antoniodiaz, shutterstock

La déprime post-mariage, késako?

Tout est rangé, les invités sont partis et les lumières sont éteintes. Au lieu de vous détendre avec votre douce moitié, vous êtes… déprimée! Le phénomène, appelé “wedding blues” ne touche pas toutes les femmes, rassurez-vous, mais peut se révéler une vraie souffrance pour celles que cela concerne. “On pourrait rapprocher cette déprime du baby blues, qui concerne les jeunes mamans. Ici, le bébé, c’est le mariage. Une préparation aussi longue qu’une grossesse et un retour au quotidien difficile”, explique Bérengère Cassany.

Qu’est-ce que le wedding blues? Crédit : Katinka Stone

Hommes et femmes, égaux devant le wedding-blues?

Il ne faut pas se le cacher, côté organisation, les hommes sont souvent moins engagés que leurs chéries. Du coup, ce sont souvent les mariées qui sont les plus affectées par la fin du mariage. “C’est chez le partenaire qui s’occupe du mariage, qui peaufine chaque détail que le choc est plus vif, lorsqu’il faut enfin abandonner le projet. “

Les femmes sont souvent plus touchées par le wedding-blues que leur moitié.

Un mal encore tabou

Comme le baby blues il y a quelques années, le wedding blues est encore peu évoqué par celles qui en souffrent. Par peur des réactions de l’entourage, la mariée triste peine à se confier, même à son mari. “Par peur de décevoir son mari et de lui laisser croire qu’elle doute de leur engagement, la mariée se tait. Même topo pour la famille et les amis, qui ne comprennent pas que la jeune épouse soit déprimée alors qu’elle a eu ce qu’elle voulait.”

Les solutions pour traverser le wedding-blues sans trop de casse. Crédit : Eugenio Marongiu, Shutterstock

Les solutions pour traverser la crise

Pour se remettre de cette déprime, il faut avant tout la cerner. “L’un des premiers symptômes est l’aboulie, le manque d’envie d’agir et pour avancer, il faut reconnaître et accepter de ne pas être dans son assiette”, explique Bérengère Cassany. Pour commencer, il s’agit donc de communiquer avec son entourage. Son mari, qui peut vivre la même chose, une amie mariée qui est passée par là… Pour que cette petite déprime ne se transforme pas en grosse dépression, il faut aussi se sortir de la léthargie en se donnant de nouveaux challenges. “Le voyage de noces, la décoration de son nouveau foyer ou même parler bébé, sont autant de sujets qui peuvent chasser la tristesse et remotiver la jeune mariée.” Et rappelez-vous, le mariage, c’est quand même plus sympa que le concubinage!

Bérengère Cassany est psychologue, près de Saint-Brieuc en Bretagne. Elle est spécialisée dans les addictions et dépendances qu’elles soient comportementales ou non. Site : www.psy-addiction.com

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

En savoir plus

Donnez votre avis !

Créez gratuitement et facilement un site super chic pour votre mariage !

100% personnalisable, faites votre choix parmi des centaines de designs Voir plus de designs >

Vous travaillez dans le monde du mariage ?
Si vous êtes un professionnel du mariage, Zankyou vous offre l'opportunité de faire connaître vos services à des milliers de futurs mariés qui utilisent nos services pour organiser leur mariage, dans plus de 19 pays. En savoir plus