FR Login
FR

On sait enfin pourquoi les femmes sont plus touchées que les hommes par les ruptures amoureuses, c’est scientifique !

Oui, nous avons tous le même coeur. Un coeur de pierre parfois, un coeur en pâte à modeler souvent, mais un coeur qui a les mêmes fonctions, que l’on soit une femme qui ne croit pas en l’amour ou bien un homme au coup de foudre facile. Pourtant, une étude récemment publiée dans la revue Evolutionary Behavioral Sciences explique que les femmes seraient plus négativement affectées que les hommes par la rupture et éprouveraient donc plus de peine que ces derniers. Une peine aussi physique qu’émotionnelle. Mais attendez la suite…

Crédits : JANNEKE STORM

En réalité, il ne faut pas penser que les femmes sont plus fragiles et resteront tristes jusqu’à la fin de leurs jours suite à un échec amoureux. Non, l’étude démontre que les femmes auraient tendance à vivre brutalement la séparation au premier abord mais s’en remetteraient plus « profondément » que leurs compagnons. Jules semblerait donc aller à merveille au bout de quelques semaines alors que vous pleurez toutes les larmes de votre corps/coeur durant des mois mais il serait tout de même moins « guéri » que vous au bout de quelques années. Craig Morris, le professeur à l’origine de cette étude qui enseigne l’anthroplogie à Binghamton University, à New York explique : « Les ruptures semblent blesser les femmes plus fort dans un premier temps mais elles s’en remettent réellement, contrairement aux hommes. Les hommes réagissent différemment au début, mais au delà de ça, il semblerait qu’ils ne s’en remettent jamais réellement, ils passent seulement à autre chose. »

Crédits ; Comme1Envie

L’étude est-elle sérieuse ? Oui. 5 705 hommes et femmes venant de 96 pays différents ont amené le professeur et ses collègues à ce fait. On notera cependant que 63% de l’échantillon vient des Etats-Unis. Les coeurs brisés et anciennement brisés ont du s’épancher sur leurs déboirs amoureux aux chercheurs : Qui a rompu, qu’est-ce qui n’allait pas dans la relation, sur une échelle de 1 à 10, à quel point ont-ils été blessés par la rupture, etc…

Crédits : Francisco N Merino

Les résultats sont les suivants : Les femmes mettent en moyenne 6.84 en ce qui concerne leur douleur émotionnelle tandis que les hommes en sont à 6.58 . Et la douleur physique ? Pour nous, 4.21 et pour nos Jules, 3.75. Suite à une rupture, les femmes sont celles qui rapportent le plus de dépression, de peur et d’anxieté. Les hommes, eux, évoquent de la torpeur, une perte de leurs repères et de la colère. Cette étude nous apprend pourtant que ce sont bien souvent les femmes qui demandent la séparation. Le professeur explique qu’elles initient souvent la fin d’une relation car elles auraient conscience d’avoir plus à perdre en restant avec la mauvaise personne qu’en rompant et donc, en se faisant du mal avec une rupture pure et simple…du moins si l’on se fie à la théorie de l’évolution biologique.

Cette théorie consiste à penser que pour s’accoupler, les hommes font la compétition et rivalisent alors que les femmes choisissent. Le magazine Fusion qui a interviewé le Professeur Morris au sujet de son étude explique que les hommes seraient conditionnés pour se battre avec d’autres hommes pour avoir la meilleure femelle tandis que les femmes seraient conditionnées pour être les plus sélectives possible. Elles le seraient d’autant plus dans le cas où elles chercheraient un compagnon pour le long terme afin de se reproduire et d’élever des enfants avec ce dernier. 

Crédits : Nicole Mattinger

En clair, les hommes ne comprendraient pas la rupture comme un énorme enjeu tandis que les femmes verraient en elle la destruction d’une opportunité en or pour pérpertuer leur descendance. Mais à la suite de cela, les hommes auraient tout de même cette fâcheuse tendance à l’auto-destruction. Dur dur alors de se remettre d’une rupture pour de bon. Les femmes sauraient arriver plus vite et plus efficacement à ce fameux moment où l’on peut mettre un point final à une relation sans espérer un quelconque come-back.

Le professeur explique par la suite qu’il est normal et nécessaire que tout le monde souffre d’une façon ou d’une autre des ruptures afin que l’on prenne les relations amoureuses au sérieux et puisse s’investir. « Les ruptures DOIVENT nous faire souffir, ainsi nous pouvons évoluer pour les éviter. Si les ruptures ne blessaient personne, nous ne nous investirions dans aucune d’elles« .

Contactez les entreprises mentionnées dans l'article.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

En savoir plus

Donnez votre avis !

Créez gratuitement et facilement un site super chic pour votre mariage !

100% personnalisable, faites votre choix parmi des centaines de designs Voir plus de designs >

Vous travaillez dans le monde du mariage ?
Si vous êtes un professionnel du mariage, Zankyou vous offre l'opportunité de faire connaître vos services à des milliers de futurs mariés qui utilisent nos services pour organiser leur mariage, dans plus de 19 pays. En savoir plus