Mercedes-Benz Fashion Week Madrid 2018: glamour, revendications et extravagance au programme !

Du 6 au 11 Juillet, la Mercedes-Benz Fashion Week de Madrid a battu son plein au Parc des expositions de Madrid. Pendant 5 jours, les créateurs espagnols les plus prestigieux s'y sont donné rendez-vous pour faire découvrir au public et professionnels de la mode les nouvelles tendances à venir.

  • Célébrités
  • Tendance
  • International
  • 2018
  • Galleries

Du 6 au 11 Juillet, la Mercedes-Benz Fashion Week de Madrid a battu son plein au Parc des expositions de Madrid. Pendant 5 jours, les créateurs espagnols les plus prestigieux s’y sont donné rendez-vous pour faire découvrir au public et professionnels de la mode les nouvelles tendances à venir.

Teresa Helbig a présenté des modèles surprenants, mettant en scène ses créations à travers des nœuds, du tulle, des paillettes, du raphia et de la dentelle.

Pedro del Hierro, avec sa collection «Puro Arte», a mêlé les coups de pinceau baroques de feu Pedro avec la fraîcheur de Nacho Aguayo. Le résultat distille une passion ardente, plus forte que lors de précédentes collections.

Quant à Palomo Spain, la jeune marque nous a présenté l’un des défilés les plus audacieux de cette édition ! Son objectif était la représentation de la nouvelle masculinité, l’envie de libérer les hommes d’une mode figée en montrant que les broderies, dentelles et volants ne sont pas uniquement l’apanage des femmes. Ainsi, dans sa nouvelle collection, «Wunderkammer», on est happé dans un univers où onirisme, psychédélisme et exotisme s’entrelacent, utilisant des lignes classiques et provocantes à la fois. Un succès retentissant.

Le lundi 9 juillet, il était temps de voyager vers le passé, de le chérir et de le raviver avec un étincelle du présent. Malne, Andrés Sardá et The 2ndSkin Co ont rythmé la journée avec des défilés basés sur le volume, d’inspiration années 70.

Mardi a réuni un grand nombre de surprises, avec quatre noms de la mode. Inuñez, d’abord, avec des lignes simples et fluides rappelant la nature. Ensuite, Juan Duyos, jouant avec la lumière dans des créations aux accents futuristes. Hannibal Laguna a triomphé avec son voyage à travers toutes les nuances pastel sur des robes vaporeuses à travers le jardin de cerisier qui décorait la scène.

La journée s’est finie en apothéose avec le show des créations d’Ana Locking. La créatrice s’est distinguée par l’audace de la collection, aux couleurs métalliques et brillantes et au style futuriste, ainsi que par la revendication de ses modèles transgenres. Inspiré par le mouvement «voguing», qui a émergé dans les années 1980 comme une voix pour la communauté LGBT afro-américaine de l’époque, le défilé, empreint de nostalgie et d’optimisme, a bouleversé la salle 14 de l’IFEMA.

Le mercredi 11, la Fashion Week s’est terminée avec Juan Vidal en vedette. Son arme est toujours la même: l’équilibre. Élégance, modernité, audace et simplicité vont de pair, avec la présence de lingerie et d’asymétrie dans ses modèles. Le résultat est tout en contrastes, du simple à l’éclectique, inspiration parfaite pour les fêtes et les mariages de l’année prochaine.

Vous voulez encore plus de tendances pour vous inspirer ? Découvrez notre article:

Les 100 plus belles robes de mariées de créateurs pour 2019