Est-ce normal d’avoir des doutes de dernière heure avant de me marier ?

Sans hésiter, la réponse est OUI : Bien sûr qu’il est normal de douter au moment de célébrer notre union, et même sans doute sain car réaliste ! Comment ne pas douter devant l’avenir et l’inconnu de tout ce qui nous attend ? Comment ne pas douter alors que tant de couples hésitent à faire le pas ? Comment ne pas douter alors que tant de couples se séparent au bout de quelques années voire quelques mois ? Comment ne pas douter alors que nous n’avons aucune maîtrise ou pouvoir, ni sur la durée, ni sur notre partenaire ? Mais apprenons à surmonter nos doutes !

Photo : Marine Szczepaniak

Si nous sommes un tant soit peu humbles et honnêtes, avouons que cela peut nous arriver à tous dans les heures ou les jours qui précèdent notre mariage. Ces doutes sont donc tout à fait naturels au moment de prendre un engagement sur la durée, qui signe un « Avant » et un « Après ». Pour y voir plus clair, redéfinissons ensemble, dans un premier temps, le mot « mariage » et le mot « doute ».

Le mariage, c’est l’union solennelle et légitime, reconnue par la loi, d’un homme et d’une femme (ou depuis peu en France, de deux personnes du même sexe). Les conditions, les effets et la dissolution de cette union, sont alors régis par le code civil (mariage civil) ou par les lois religieuses (mariage religieux). Le doute est une émotion à écouter à l’intérieur de nous car comme chaque émotion, elle vient nous éclairer sur un besoin à satisfaire ou une fragilité à prendre en compte. Mais « le doute ne doit pas conduire à s’abstenir de faire ou d’être, il doit conduire au contraire à l’examen de soi et à de nouvelles expériences. Le doute marque donc le début d’un renouveau de soi », comme le dit Stéphane Clerget. Il faut juste accepter de faire un saut dans l’inconnu au risque de rester sur place sinon. Un doute c’est aussi une hésitation, une incertitude : douter veut donc dire hésiter entre deux possibilités ce qui sous-entend des craintes et des peurs.

Photo : Juli Etta

Quelles seraient donc ces peurs responsables de nos doutes ?

Peur de l’engagement

De nombreuses personnes considèrent l’engagement comme un enfermement, une perte de liberté et du coup ont peur de devoir se priver de nombreux plaisirs en se mariant. Finis tous les possibles, on se rabat sur un choix exclusif et on y adhère en signant un acte reconnu par la loi ou par l’église. On signe donc soi-même cet « arrêt sur image » sciemment, qui dit « rien ne sera plus jamais comme avant. Maintenant je ne suis plus seul, je dois tenir compte d’une autre personne et pour toujours… »

Photo : Laura Gomez

Peur de choisir

Faire un choix est toujours difficile, car choisir, c’est renoncer… Renoncer à tous les autres possibles. Cela nécessite donc inévitablement de faire des deuils, celui du conjoint idéal par exemple. Dans une société qui nous propose toujours mieux, qui nous donne des tentations permanentes et nous laisse croire que l’herbe peut toujours être plus verte ailleurs, comment ne pas penser qu’on pourrait trouver encore mieux que ce qu’on a déjà ?

Choisir, c’est renoncer

Comment ne pas remettre en question ce qu’on a sous les yeux et qu’on n’évalue pas objectivement puisqu’on est dans une phase « amoureuse » qui peut masquer les défauts de l’autre ? Ces questionnements créent inévitablement en nous des doutes et la peur de nous tromper, de faire un mauvais choix, voire de regretter

Photo : Ella Photographie

 

Peur de l’échec

Face à ce « tout parfait » des modèles véhiculés dans les médias, la barre est haute, et on peut avoir peur de ne pas y arriver, peur d’échouer. On peut douter de soi par manque de confiance en soi. On ne se sent pas forcément à la hauteur du challenge, pas certain de pouvoir faire passer l’autre avant soi en permanence, d’être capable de faire les efforts nécessaires pour cette générosité et cette écoute à l’autre plutôt qu’à soi-même. C’est un effort. Parfois c’est notre « perfectionnisme » aussi qui nous joue des tours et qui nous enferme dans l’attente d’un résultat idéalisé où tout devrait être sans embûches, sans erreurs, sans défauts… Ce qui est impossible. Et puis, va-t-on résister à la tentation et ne pas succomber un jour au charme d’une autre personne ? Allons-nous avoir cette force ?

On peut douter de l’autre car on ne le connaît pas si bien que ça et là encore on s’interroge : Est-ce la bonne personne ? Et s’il devenait égoïste et ne montrait plus un jour que ses défauts ? Et s’il devenait infidèle ? et s’il changeait, ou moi, serions-nous capables de nous adapter ? Et si tout basculait quand nous deviendrons parents ?

Photo : Samantha Pastoor

Peur de l’inconnu

S’engager dans le mariage, c’est prendre un risque, comme dans tous les choix. C’est accepter de lâcher prise et de ne pas pouvoir tout contrôler ou maîtriser car personne ne peut prédire l’avenir. Or, notre imagination s’affole souvent face à la nouveauté, on a peur et c’est normal…

Peur de la durée

Aujourd’hui, nous avons la chance de pouvoir vivre plus longtemps et en bonne santé. La perspective de vivre 40, 50, 60, 70 ans avec la même personne tous les jours de sa vie peut paraître inimaginable… ! Par ailleurs, nous sommes dans une société qui nous offre peu de modèles de couples qui durent. Ce n’est plus d’actualité, bien au contraire ! Les médias vont plutôt promouvoir les séparations, les divorces et même nous inciter à la consommation et au zapping affectif en nous conditionnant d’une certaine façon, à la brièveté des unions, à l’échec et à la rupture dès qu’il y a insatisfaction.

Pour peu que nous ayons eu familialement des parents malheureux dans leur relation ou qui auraient divorcé, nous avons imprimé en nous un modèle d’échec amoureux et on a peur de répéter ce modèle ou de relever le défi. A l’inverse, si on a eu la chance d’avoir des parents trop parfaits, nous pouvons aussi avoir peur de ne pas réussir à faire aussi bien.

Photo : Michel Vespasien

Peur de la routine

Voilà une peur récurrente… L’accent est mis sur le plaisir, la facilité, le changement. Alors comment faire face à la monotonie du quotidien, à la baisse d’intensité des sentiments, à la routine qui éteint le désir et signe la mort du couple… ? comment résister et éviter l’ennui ?

Toutes ces questions peuvent ou non nous traverser l’esprit quand nous nous apprêtons à faire le grand saut et dire “OUI” ! Heureusement, ces doutes sont fugitifs et peuvent être balayés par l’Amour tout simplement et bien sûr aussi par notre force intérieure et nos valeurs profondes. Alors ne restons pas sur des doutes qui nous figeraient et nous priveraient d’avancer, de passer à l’action et de tenter l’aventure. Misons au contraire sur le meilleur des possibles avec la confiance !

Photo : Mira al pajarito

Comment transformer nos doutes en confiance ?

Croire en soi

Nous pouvons nous faire confiance et croire en nous-mêmes. Si nous marier est vraiment ce que nous voulons, nous pouvons pour cela nous appuyer sur notre intuition profonde, cette petite voix ou guide intérieur qui nous parle et nous conseille si nous y sommes attentifs. Écoutons-la. Elle saurait nous mettre en garde si quelque chose « clochait ». Alors, faisons-nous confiance. Si l’on a choisi cette personne c’est que l’on sent, que l’on sait que nous avons quelque chose à accomplir avec et grâce à elle. C’est sentir que c’est un choix constructif. Nous pouvons aussi faire confiance à nos valeurs et sentir si nous pourrons les cultiver à deux dans cette relation et en faire le socle de notre amour.

Photo : Marine Szczepaniak

Croire en l’autre

Nous pouvons donc également croire en l’autre. Si nous avons pris le temps de le connaitre suffisamment, nous savons qu’il possède des qualités essentielles qui nous correspondent et nous renforcent. Faisons-lui confiance pour que notre partenaire développe tout son potentiel et fasse fleurir le meilleur de lui-même, fort des valeurs profondes qu’il partage avec nous.

Photo : Laura Gomez

Croire en la vie

Développons aussi notre foi en la vie. Choisir suppose de faire confiance à la vie, de se laisser porter par la vague des possibles sans maîtrise de résultat ou de garantie. Pouvoir se dire Je donne le meilleur de moi, le résultat ne m’appartient pas, je fais confiance à la vie, elle veut le meilleur pour moi. Vivre c’est expérimenter, tout en se respectant…

Foi en l’engagement

S’engager est un acte par lequel on vise à accomplir quelque chose. C’est une promesse, un contrat par lequel on se lie, un projet que l’on crée à deux de façon singulière et unique. Plus vous vous projetterez, plus vous prendrez le temps de réfléchir et d’écrire noir sur blanc ce que vous voulez construire à deux, plus votre union sera solide.

« Ce qui rend le mariage si fort et indestructible c’est qu’il réunit Un homme et une femme autour d’un projet. » Ch. Singer.

Que voulez-vous accomplir ? Quel est votre projet commun ? Quel contrat vous correspond à tous les deux ? Avez-vous pu réfléchir et échanger ensemble sur ce que représentait le mot « Fidélité » pour chacun de vous ? Sur la « liberté » que vous vous accorderez à chacun au sein du couple, sur les valeurs qui sont pour vous fondamentales et incontournables ? Car le contrat signe des valeurs partagées autant qu’un accord mutuel et un cadre sécurisant auquel vous pourrez toujours vous référer à deux plus tard et réajuster en cas de crise.

Photo : Juli Etta

Croire en l’amour

Croire en l’Amour, c’est miser sur l’Amour. L’amour dépend de la décision d’aimer et aimer, contrairement à être amoureux, est un sentiment qui s’inscrit dans la durée. Aimer est donc avant tout une décision : « je prends la décision de t’aimer dans le respect mutuel, tel que tu es  ». Le secret de l’amour dépend de cette décision qui se matérialise par le mariage. Ce n’est pas une « formule à l’essai », pas de place pour le « on verra bien… », c’est au contraire une décision exigeante, plus forte que tout ! L’amour dépend de la volonté d’aimer. Aimer, c’est se donner les moyens d’aimer, de cultiver la relation en rendant l’autre heureux. C’est rester attentif et généreux à la fois pour offrir le meilleur. Il faut donc accepter d’être courageux et de faire des efforts pour l’autre et pour le couple sur la durée, avec réalisme.

Nous pouvons surtout miser sur cet Amour unique que nous partageons avec cette personne qui fait le vœu de s’unir avec nous et de construire un couple, une famille car cet amour est sacré et fondateur.

Photo : Mira al pajarito

Conclusion

« Le drame serait de ne pas tenter l’impossible, de rester une vie entière à la mesure de ce qu’on peut. » Ch. Singer.

Avoir des doutes de dernière heure avant de se marier est fréquent et naturel mais le doute ne doit pas l’emporter… Accepter de se marier alors qu’on est dans une phase « amoureuse », ascendante, où tout va bien, n’empêche pas de se poser tout un tas de questions, comme nous venons de le voir. Ces questions sont positives car elles nous ancrent dans la réalité au lieu de nous leurrer dans l’illusion. S’engager, c’est alors faire un pas dans la confiance en soi, en l’autre et en la vie.

Photo : Marine Szczepaniak

« Le mariage d’amour est une périlleuse mais lumineuse odyssée à deux. Peut-il être indestructible ? OUI, si je le veux ! »  Christiane Singer

Le vouloir, c’est savoir que le couple se cultive et n’est pas acquis. Le vouloir, c’est donc se donner les moyens : grâce à notre volonté, de cultiver avec foi, vigilance et lucidité cette relation, comme un jardin précieux à construire à deux et à entretenir. Le vouloir, c’est ouvrir la porte à la confiance… Vous allez bientôt vous marier ? Bravo ! Bravo d’oser ce projet fou et d’y croire ! Lui seul peut permettre le « vrai miracle de la relation ». Vous l’avez compris, j’y crois aussi ! Le mariage est bel et bien une promesse intemporelle, un défi, une incroyable aventure et même une « Sainte folie !» (Paule Salomon) dont il est urgent de faire l’éloge, comme le disait Christiane Singer, dans son livre « Éloge du mariage, de l’engagement et autre folie… » que je vous recommande vivement s’il vous prenait encore à douter …

Photo : Laura Gomez

Découvrez également par la même auteur En couple, doit-on vraiment tout se dire ? et Pourquoi la relation parfaite n’existe pas et qu’on s’en fiche complètement !

Contactez les entreprises mentionnées dans l'article.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

En savoir plus

Donnez votre avis !

Créez gratuitement et facilement un site super chic pour votre mariage !

100% personnalisable, faites votre choix parmi des centaines de designs Voir plus de designs >

Vous travaillez dans le monde du mariage ?
Si vous êtes un professionnel du mariage, Zankyou vous offre l'opportunité de faire connaître vos services à des milliers de futurs mariés qui utilisent nos services pour organiser leur mariage, dans plus de 19 pays. En savoir plus